Linaigrette vaginée

Eriophorum vaginatum L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Poales Famille : Cyperaceae Sous-Famille : Cyperoideae Tribu : Scirpeae Genre : Eriophorum

  • 100
    observations

  • 7
    communes

  • 9
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureaux d'études & consultants - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire Botanique National de Brest (CBNB) - DELCLOY Cédric - MAZURIER Marc - PNR Normandie-Maine - Tela Botanica - UMS PatriNat (OFB-CNRS-MNHN)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Biologie :
C’est une plante vivace poussant en touffes compactes. Ses nombreuses fleurs, réunies en un unique épi noirâtre, sont portées par un long pédoncule de plusieurs centimètres. Lorsque les fruits approchent de la maturité, les poils touffus et nombreux qui entourent le fruit s’allongent et forment une houppe soyeuse très dense longue de deux à trois cm. C'est cette particularité qui lui vaut son nom latin « Eriophorum » : erion « la laine » et phoros « qui porte ».

Écologie :
La linaigrette engrainée s'établit principalement dans des milieux où les climats sont humides et frais toute l'année. En Normandie, l'espèce se développe au sein des massifs forestiers caractérisés par la rudesse du froid en hiver, une altitude assez élevée et une pluviométrie importante. La linaigrette peut coloniser des sols tourbeux, acides et pauvres en matière organique, notamment les buttes de sphaignes alimentées uniquement par les eaux de pluie.

Répartition et protection :
En France, l'espèce se développe dans les tourbières de montagne et de plaine dans les secteurs frais et pluvieux (Massif armoricain, Perche et plateau Picard). Le Parc Normandie-Maine compte actuellement sur son territoire uniquement des populations au nord-ouest de la forêt d’Écouves. L'espèce est protégée en Normandie et en Pays de la Loire et bénéficie d'un Plan de conservation à l'échelle du territoire du Parc.

Source : Parc Normandie-Maine
C1.47 : Lagg
D1.1 : Tourbières hautes
D1.2 : Tourbières de couverture
D2.222 : Bas-marais subatlantiques à Laîche vulgaire, Laîche blanchâtre et Laîche étoilée
D2.3C : Tourbières tremblantes à Eriophorum vaginatum
G1.51 : Boulaies à Sphaignes
G3.E1 : Pinèdes tourbeuses à Pinus mugo
G3.E22 : Pinèdes tourbeuses à Pin sylvestre hercyniennes
G3.E6 : Pessières tourbeuses némorales

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Carex alopecurus Lapeyr., 1818
Eriophorum caespitosum Host, 1801
Eriophorum fauriei E.G.Camus, 1910
Eriophorum scabridum Ohwi, 1931
Linagrostis vaginata (L.) Scop., 1771
Plumaria vaginata (L.) Bubani, 1902
Scirpus fauriei (E.G.Camus) T.Koyama, 1958
Scirpus vaginatus (L.) Salisb., 1796

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.