Chargement...

  • 8 observations

  • 7 communes

  • 4 observateurs

  • 3 organismes

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2021

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc & Géoparc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données et sur les partenaires

Anonymisé - Fouillet Philippe - Montagner Sylvain - Tiberghien Gérard

Avertissement : Seul les producteurs et les fournisseurs renseignés dans la base de données sont affichés ci-dessous. Si plusieurs organismes ont contribués à un même jeu de données, ils auront une part égale d'aide à la prospection. Les pourcentages affichés ne sont par conséquent pas cumulables entre eux.

  • PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine
    Participation à 5 Observations
    Part d'aide à la prospection : 62.50 %

    Fiche organisme
  • Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO)
    Participation à 5 Observations
    Part d'aide à la prospection : 62.50 %

    Fiche organisme
  • GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA)
    Participation à 1 Observation
    Part d'aide à la prospection : 12.50 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Taille : 8-12 mm.

Diagnose :
Très convexe, presque hémisphérique jaune, thorax visible avec des dessins noirs variables, élytres avec chacun cinq lignes noires, en plus de la suture qui forme une onzième ligne noire. Pattes et dessous du corps jaune et noir. Larve molle, à pattes apparentes, rouge/orangée avec des points noirs.

Facilité d’identification : Facile

Espèces proches :
On ne peut pas confondre cette espèce. Il n’existe aucune autre espèce en France qui soit ronde, convexe et jaune avec des lignes noires.

Périodes d’observation :
Printemps et été, pour l’adulte et la larve (parfois aussi l’automne pour cette dernière).

Biologie/Ethologie :
L’adulte comme la larve mangent les feuilles des Solanacées, particulièrement celles de la Pomme-de-terre dont elle est connue et identifiée comme un ravageur. Cette espèce est originaire des montagnes d’Amérique du nord où elle vivait originellement sur quelques plantes sauvages, notamment Solanum rostratum, sans jamais pulluler. La plantation en Amérique du Nord de la Pomme-de-terre (Solanum tuberosum), une plante d’Amérique Centrale, a provoqué un changement opportuniste de l’écologie du Doryphore, qui s’est mis à pulluler sur ces cultures dès le début de 19ème siècle. Il est détecté pour la première fois en Europe en Allemagne, à Cologne, en 1877, probablement transporté depuis les États-Unis. Les foyers d’implantations sont à peu près maîtrisés jusqu’en 1900 où l’espèce est rencontrée pour la première fois en France, dans les Pyrénées, puis dans le Bordelais en 1922. Il a depuis conquis toute l’Europe. Malgré l’utilisation d’insecticides chimiques depuis les années 50 en agriculture moderne, l’espèce se maintient, notamment sur des espèces sauvages comme Solanum dulcamara ou Solanum nigrum, plantes sur lesquelles elle ne pullule jamais comme sur la Pomme-de-terre.

Biogéographie : Cosmopolite.

D'après :
Auber, L. 1960. 1960. Atlas des Coléoptères de France. Tome II. Boubée, Paris. 274 pp.

Source : fiche descriptive, INPN

Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

© INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition actuelle dans le monde

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Doryphora decemlineata Say, 1824 |

Observations mensuelles

Avertissement : Les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.