• 22
    observations

  • 8
    communes

  • 6
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2021
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Abdomen mâle : 22-30 mm ; femelle : 22-29 mm. Ailes postérieures mâle : 17-24 mm ; femelle : 17-23 mm.

Diagnose :
Chez le mâle mature le corps est bleu et noir, l’abdomen est noir bronzé. Les ptérostigmas sont bicolores et plus grands sur les ailes postérieures que sur les ailes antérieures. Présence d’un tubercule sur le prothorax. Les femelles sont variables : blanchâtres, orangées, verdâtres puis bleues. Chez les deux sexes, les ailes sont repliées au repos.

Détermination :
La détermination est moyennement difficile.

Espèces proches :
Les femelles peuvent être confondues avec les autres espèces d’Ischnura.

Période d’observation :
Les adultes sont observés de mars à octobre dans le sud, de mai à septembre dans le nord.

Biologie et écologie :
Cette espèce occupe différents types d’eaux stagnantes, avec une préférence pour les pièces d’eau récentes, peu profondes et non envahies de végétation. Elle est également présente dans les tourbières acides et les eaux saumâtres. Espèce pionnière, elle peut coloniser rapidement de nouveaux habitats et peut faire jusqu’à trois générations par an en région méditerranéenne (contre une seule dans le nord de son aire). Après l’accouplement, la femelle pond seule et insère les œufs dans la végétation.

Biogéographie :
L'espèce est présente de l’ouest de l’Europe à l’Asie, et du sud de la Scandinavie au Maghreb.

D’après :
Grand, D., Boudot, J.-P & Doucet, G. 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Collection Cahier d’identification. Biotope, Mèze : 136 pp.
Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze : 480 pp.
Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris : 320 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
B1 : Dunes côtières et rivages sableux
C1 : Eaux dormantes de surface
C3 : Zones littorales des eaux de surface continentales
D : Tourbières hautes et bas-marais
E3 : Prairies humides et prairies humides saisonnières

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Agrion aurantiaca Selys, 1837
Agrion cognata Selys, 1840
Agrion pumilio Charpentier, 1825

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.