Hespérie de l'Alcée (L')

Carcharodus alceae (Esper, 1780)

Classe : Hexapoda Ordre : Lepidoptera Famille : Hesperiidae Sous-Famille : Pyrginae Tribu : Carcharodini Genre : Carcharodus

  • 55
    observations

  • 22
    communes

  • 11
    sources

  • Première observation
    1917

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - CPIE Collines normandes - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conseil départemental de l'Orne - Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées (CEN MP) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : les adultes mesurent 28 à 34 mm.

Diagnose :
Petit papillon brun foncé à brun rosé aux antennes largement séparées à la base. Dessous de l’aile postérieure avec un semis d’écailles grises et des taches claires blanchâtres. Le bord des ailes postérieures présente un motif festonné.

Détermination : l'adulte est relativement simple à reconnaître.

Espèces proches : confusion possible avec le Point-de-Hongrie qui n'a pas le bord de l’aile postérieure festonné.

Période d’observation : l’adulte est visible de mars à octobre.

Biologie-éthologie :
La chenille de Hespérie de l'Alcée se trouve exclusivement sur les malvacées comme les Mauves, les Guimauve ou la Rose trémière. Les mâles sont territoriaux et peuvent rapidement poursuivre un autre papillon grâce à des muscles thoraciques plus développés que chez les autres papillons de jour. Cette espèce réalise deux à quatre cycles par an selon la zone climatique.

Biogéographie et écologie :
Espèce répandue de l’Europe de l’ouest jusqu’en Chine où elle occupe différents types de milieux ouverts comme les prairies et les pelouses sèches du niveau de la mer jusqu'à 2°000 m d'altitude. Elle bénéficié de la présence de ses plantes hôtes dans les milieux anthropisés pour coloniser de nouveaux habitats comme les friches, les jardins et les parcs.

D’après :
Doux Y., Gibeaux Ch. 2007. Les papillons de jour d'Île-de-France et de l'Oise. Biotope, Mèze ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris. 288 p. | Lafranchis, T., Jutzeler, D., Guilloson, J.-Y., Kan, P., Kan, B. 2015. La vie des papillons. Editions Diatheo. Montpellier. 751 p. | Lafranchis, T. 2016. Papillons de France. Editions Diatheo. Montpellier. 351 p.

Source : fiche descriptive, INPN
E2 : Prairies mésiques
I1 : Cultures et jardins maraîchers

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Hesperia altheae auct. non (Hübner, 1803)
Hesperia malvarum (Hoffmannsegg, 1804)
Papilio alceae Esper, 1780
Papilio malvae auct. non Linnaeus, 1758
Papilio malvarum Hoffmannsegg, 1804
Spilothyrus alceae (Esper, 1780)
Spilothyrus malvae (Hufnagel, 1766)
Spilothyrus malvarum (Hoffmannsegg, 1804)
Syrichthus malvae (Hufnagel, 1766)
Syrichtus malvae (Hufnagel, 1766)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.