Pie-grièche grise

Lanius excubitor Linnaeus, 1758

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Laniidae Genre : Lanius

  • 14
    observations

  • 7
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    1985

  • Dernière observation
    2021
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids : Longueur totale : 24-25 cm. Poids : 70 g en moyenne.

Diagnose :
La Pie-grièche grise a le bec plutôt long et recourbé, un masque facial noir surmonté d’un sourcil blanc. Le dessus est gris-bleu pâle et le dessous blanc. La queue, longue et noire, est bordée de blanc. Les ailes rondes sont noires, avec un miroir blanc assez étendu et très visible en vol.

Détermination : Simple. Facile sur photo.

Espèces proches :
La Pie-grièche méridionale Lanius meridionalis est plus sombre, avec un dessus couleur gris de plomb et un dessous teinté de rouge vineux. La Pie-grièche à poitrine rose Lanius minor, comme son nom l’indique, montre également cette dernière caractéristique. Elle se distingue à la fois de L. excubitor et de L. meridionalis par le bandeau noir qui s’étend au front.

Période d’observation :
Dans certaines régions qui abritent la nidification, toute l’année. L’espèce étant migratrice partielle, d’autres régions accueillent des oiseaux en période inter-nuptiale (septembre-février).

Biologie-éthologie :
Les petits vertébrés jouent un rôle essentiel dans son alimentation, surtout en hiver. Les campagnols sont recherchés en toutes saisons. Parmi les invertébrés figurent des lombrics et surtout des insectes. La Pie-grièche grise empale une partie de ses proies sur des fils de fer barbelés ou des buissons épineux. Ces « lardoirs » ont une fonction de garde-manger utilisable par mauvais temps, quand les proies peu actives sont difficiles à détecter.

Biogéographie et écologie :
Vaste répartition en Eurasie et Afrique.Espèce des lisières forestières, elle s’est, dans un premier temps, bien adaptée aux paysages agricoles présentant une alternance de petites cultures et de zones herbeuses. Elle affectionne les milieux semi-ouverts, plats ou en pente douce. Son territoire est parsemé de perchoirs de nature et de hauteur variables : arbres, haies, clôtures, fils électriques.

Source : fiche descriptive, INPN
G1 : Forêts de feuillus caducifoliés
G3 : Forêts de conifères
G5 : Alignements d'arbres, petits bois anthropiques, boisements récemment abattus, stades initiaux de boisements et taillis
X10 : Bocages

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Lamira excubitor
Lanius excubitor excubitor Linnaeus, 1758
Lanius excubitor galliae Kleinschmidt, 1917
Lanius excubitor homereyi Cabanis, 1873

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.