Bordure ensanglantée (La)

Diacrisia sannio (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Lepidoptera Famille : Erebidae Sous-Famille : Arctiinae Tribu : Arctiini Genre : Diacrisia

  • 22
    observations

  • 6
    communes

  • 6
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2023
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids : Envergure : ♂ 42 - 48 mm / ♀ 28 - 38 mm.

Diagnose :
Cette espèce présente un dimorphisme sexuel de taille, mais aussi alaire. Le ♂ a le dessus de l'aile antérieure jaune concolore avec le reste du corps, avec une tache discale rose mêlée par endroit de brun gris ; les franges, le bord interne et la côte de l'aile à proximité de l'apex sont roses. Le recto des ailes postérieures est blanc jaunâtre avec une large bande marginale et une tache réniforme brun gris. La ♀ a le dessus de l'aile antérieure ocre, avec une tache discale, des nervures et la côte marquées de brun rose. Le fond du dessus des ailes postérieures est concolore à l'aile antérieure avec la présence d'une suffusion brun noirâtre qui est variable en taille d'un individu à l'autre. Contrairement au ♂, on notera que l'abdomen de la ♀ est ponctué sur chaque segment par des taches longitudinales brun noirâtre.

Détermination : L'adulte est simple à reconnaître.

Espèces proches : En France métropolitaine l'espèce est caractéristique.

Période d’observation : Les imagos s'observent de mai à septembre.

Biologie-éthologie :
Diacrisia sannio a une à deux générations par an selon la latitude et l'altitude. Les adultes sont actifs de jour comme de nuit. Polyphage, la chenille mange de nombreuses plantes basses, Veronica spp., Plantago spp., Gallium spp., Tarxacum spp., etc., et c'est elle qui hiverne.

Biogéographique et écologie :
Eurasiatique, elle est présente dans la plupart des régions d'Europe à l'exception de l'Islande, des îles et des territoires du pourtour méditerranéen ainsi que des régions de l'extrême nord. Ailleurs, elle est connue du Caucase à l'Asie Mineure jusqu'à l'est de la Mongolie et les montagnes d'Asie centrale, en particulier dans le massif du Tien Shan. Très commune en France, la Bordure ensanglantée s'observe dans de nombreux milieux prairiaux, secs à humides, avec une préférence pour ceux dont la végétation est abondante. Elle est présente de l'étage collinéen jusqu’à l'étage subalpin où elle s'observe jusqu’à environ 2400 mètres d'altitude.

D'après :
Ligue suisse pour la protection de la nature (L.S.P.N.), 2005. Les Papillons et leurs biotopes. Espèces. Dangers qui les menacent. Protection. L.S.P.N. Pro Natura, Bâle, volume 3, 916 pp.
Witt, T.J. & L.Ronkay, 2011: Lymantriinae and Arctiinae - Including phylogeny and check list of the Quadrifid Noctuoidea of Europe. Noctuidae Europaeae Volume 13: 1-448 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
E : Prairies ; terrains dominés par des herbacées non graminoïdes, des mousses ou des lichens

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Chelonia russula (Linnaeus, 1758)
Nemeophila russula (Linnaeus, 1758)
Phalaena hesperidea Fourcroy, 1785
Phalaena russula Linnaeus, 1758
Phalaena sannio Linnaeus, 1758
Phalaena vulpinaria Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.