Butor étoilé

Botaurus stellaris (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Pelecaniformes Famille : Ardeidae Genre : Botaurus

  • 2
    observations

  • 1
    commune

  • 5
    sources

  • Première observation
    2009

  • Dernière observation
    2009
Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - HESNARD Olivier

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Longueur 70-80 cm, envergure 125-135 cm, poids 870-1 940 g.

Il est inféodé aux marais de plaine dont les niveaux d’eau subissent peu de variations et dont la végétation hélophytique dense lui permet de se dissimuler. Ses préférences vont vers les grandes roselières trouées de petites pièces d’eau ou de canaux. Il tolère les eaux saumâtres des marais d’estuaires mais recherche plutôt l’eau douce.

Le Butor se nourrit surtout de poissons, d’amphibiens et d’insectes. Les autres proies citées sont des vers, sangsues, mollusques, crustacés, araignées, lézards, petits mammifères et oiseaux. Il les capture depuis une position stationnaire ou en avançant lentement. Solitaire, il chasse en journée ou au crépuscule dans des eaux peu profondes, à l’intérieur ou près du couvert végétal.

L’espèce est polygame, le mâle pouvant avoir jusqu’à 5 femelles. Le couple ne s’associe que pour la copulation, la femelle s’occupant seule de la nichée. Le mâle est fortement territorial depuis la fin d’hiver jusqu’en juillet. Les nids des femelles sont très proches de la place de chant. Les densités de mâles atteignent 1 oiseau pour 2 ha dans les milieux les plus favorables, mais on ne trouve le plus souvent qu’un seul mâle sur plusieurs dizaines d’hectares. Lorsqu’il est dérangé, le Butor prend une position de camouflage avec le bec et le cou tendus vers le ciel, les yeux pivotant vers l’avant pour observer l’intrus. Il peut tenir cette position durant des heures, oscillant pour suivre le mouvement des roseaux.

Le nid est une structure lâche de parties végétales, surtout du roseau, formant une plate-forme de 30-40 cm de diamètre. Elle peut atteindre 90 cm par ajout de matériaux alors que les jeunes grandissent. La ponte unique de 5-6 œufs (extrêmes : 3 à 7) est déposée à partir d’avril. L’incubation dure 25 jours et l’envol a lieu peu avant la 8e semaine.

Source : fiche descriptive, INPN
C3 : Zones littorales des eaux de surface continentales
X03 : Lagunes littorales saumâtres

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Ardea stellaris Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.