Chargement...

  • 2 observations

  • 2 communes

  • 1 observateur

  • 1 organisme

  • Première observation
    2018

  • Dernière observation
    2019

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc & Géoparc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données et sur les partenaires

Anonymisé

Avertissement : Seul les producteurs et les fournisseurs renseignés dans la base de données sont affichés ci-dessous. Si plusieurs organismes ont contribués à un même jeu de données, ils auront une part égale d'aide à la prospection. Les pourcentages affichés ne sont par conséquent pas cumulables entre eux.

  • PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine
    Participation à 2 Observations
    Part d'aide à la prospection : 100.00 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Longueur 65-80 cm, envergure 90-105 cm, poids 1,4-2,3 kg.

Il habite les côtes rocheuses et aime les eaux relativement profondes. Il ne s’éloigne pourtant guère de la côte, ne dépassant pas les limites du plateau continental. Pour la pêche, il recherche des eaux protégées, évitant toutefois les estuaires et globalement les eaux douces ou saumâtres. Il partage rarement les sites de reproduction du Grand Cormoran Phalacrocorax carbo, préférant les fissures et corniches ombragées et bien protégées.

Le Cormoran huppé se nourrit de poissons qu’il avale sous la surface, ainsi que de quelques mollusques, crustacés et polychètes. Ses proies sont majoritairement des lançons et des Gadidés de moins de 20 cm de long, qu’il pêche près du fond, à une profondeur pouvant dépasser 40 mètres. Il peut faire plusieurs captures lors d’une seule plongée.

Il est moins grégaire que le Grand Cormoran, étant souvent solitaire en hiver et à distance des colonies. L’espèce est monogame (rares cas de bigamie) et s’installe en petites colonies lâches (en général quelques dizaines de couples). Le mâle choisit le site de nid et parade pour y attirer une femelle. Seul le territoire du nid est défendu par les adultes. Il est réutilisé d’une année sur l’autre.

Le nid est un amoncellement de débris végétaux, notamment de fougères et d’algues à la base. Il est souvent construit à l’abri d’un creux ou à l’entrée d’une petite grotte. La ponte unique de 3 œufs (extrêmes : 1 à 8) est déposée à partir de mars. L’incubation dure 1 mois et les jeunes s’envolent à l’âge moyen de 53 jours. Ils sont encore nourris durant quelques semaines avant d’être complètement indépendants.

Source : fiche descriptive, INPN

B3 : Falaises, corniches et rivages rocheux, incluant le supralittoral

Répartition actuelle en France métropolitaine

© INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition actuelle dans le monde

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Pelecanus aristotelis Linnaeus, 1761 | Pelecanus subtus fuscus Linnaeus, 1761 |

Observations mensuelles

Avertissement : Les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.