Scutigère véloce

Scutigera coleoptrata (Linnaeus, 1758)

Classe : Chilopoda Ordre : Scutigeromorpha Famille : Scutigeridae Genre : Scutigera

  • 4
    observations

  • 3
    communes

  • 3
    sources

  • Première observation
    2022

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Diagnose :
Longueur entre 30 et 40 mm. Taille maximum 50 mm. Communément appelé Mille-pattes, la Scutigère véloce (Scutigera coleoptrata) est un myriapode de la classe des Chilopodes qui se caractérisent notamment par la présence de pattes modifiées en crochets venimeux appelés forcipules. Le corps est brun à brun jaunâtre et présente trois bandes longitudinales sombres. Les pattes longues brun jaunâtre et très fines sont marquées d’anneaux sombres. Son qualificatif de véloce lui vient de sa vitesse de déplacement qui peut atteindre jusqu’à 1,5 km/h.

Facilité d'indentification :
Simple. Ses pattes longues et fines caractérisent bien ce Chilopode.

Confusions possibles :
Aucune espèce ressemblante.

Répartition générale :
En dehors des zones d’altitudes trop froides, elle est largement présente en Europe et en France et plus particulièrement sur le pourtour méditerranéen d’où elle est originaire. L’espèce a largement été introduite par l’homme sur la plupart des continents.

Habitat et biologie :
La Scutigère véloce est un prédateur nocturne très actif qui utilise ses forcipules pour inoculer du venin à ses proies. Il s’agit généralement d’insectes et de crustacés de taille réduite comme des fourmis, des termites, des moustiques ou des cloportes. Lorsqu’elle est capturée elle perd facilement ses membres (autotomie) pour échapper aux prédateurs. Même si la plupart des observations de l’espèce ont lieu à l’intérieur des habitations, la Scutigère véloce occupe également des milieux naturels variés et généralement frais. La femelle pond au printemps jusqu’à 150 œufs. Les jeunes Scutigère ressemblent aux imagos mais ne disposent au départ que de 4 paires de pattes. Les 11 paires de pattes manquantes sont acquises lors 6 premières mues. Cette espèce à vaste répartition mondiale n’est pas menacée.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Cermatia floridana Newport, 1845
Cermatia floridensis Newport, 1844
Cermatia livida Leach, 1817
Cermatia variegata Risso, 1827
Cryptomera nemura Rafinesque, 1820
Julus araneoides Linnaeus, 1758
Scolopendra coleoptrata Linnaeus, 1758
Scolopendra lineata Rossius, 1790
Scolopendra nigricans Geoffroy, 1762
Scutigera asiaeminoris Verhoeff, 1905
Scutigera crinita Attems, 1902
Scutigera graeca Verhoeff, 1905
Scutigera insularum Verhoeff, 1905
Scutigera longipes Lamarck, 1818
Scutigera mohamedanica Verhoeff, 1936
Scutigera muscivora Verhoeff, 1905
Scutigera natalensis Verhoeff, 1905
Scutigera pretzmanni Würmli, 1973
Scutigera rubrovittata Verhoeff, 1905
Scutigera variegata (Risso, 1826)
Scutigera vesuviana Costa, 1839
Selista forceps Rafinesque, 1820

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.