Lepture havane

Pseudovadonia livida (Fabricius, 1777)

Classe : Insecta Ordre : Coleoptera Famille : Cerambycidae Sous-Famille : Lepturinae Tribu : Lepturini Genre : Pseudovadonia

  • 55
    observations

  • 27
    communes

  • 8
    sources

  • Première observation
    2005

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 5-10 mm

Diagnose :
Petit longicorne aux élytres de jaune à rougeâtre, avec une plage un peu plus sombre autour de l'écusson ; appendices noirs à brun sombre. Joues allongées ; pronotum globuleux ; pubescence élytrale régulière ; apex élytral arrondi. Antennes relativement courtes et épaisses.

Détermination : Moyennement difficile, possible sur photo (simple pour connaisseur).

Espèces proches :
Peut être confondue avec d'autre petits Leptures noir à élytres jaune-rougeâtre Stictoleptura fulva et Anastrangalia sanguinolenta (plus grands et à apex élytral sombre) ; Sticoleptura hybrida et S. maculicornis (aux antennes annelées de jaune); Stenurella spp. (plus allongés) ; Alosterna tabacicolor (plus étroit, élytres jaunes) ; Acmaeops spp. (apex élytral tronqué).

Période d’observation : Adultes, de mai à août, pic en juin.

Biologie-éthologie :
Cycle biologique de deux ans. La larve se développe dans le sol, où elle consommerait des racines mortes de plantes ligneuses ou herbacées, combinées à du mycélium. Certains auteurs indiquent un développement dans le bois en décomposition de feuillus mais ça ne semble pas être le mode de développement principal, car l'espèce n'a pratiquement jamais été obtenue d'émergence de bois en décomposition. L'adulte est diurne et floricole. Il s'observe surtout sur les fleurs de la strate herbacée ; sur de nombreuses espèces de fleurs, particulièrement sur les achillées.

Biogéographie et écologie :
Large répartition paléarctique, du Royaume-Uni à la Sibérie. Espèce commune, rudérale et généraliste en termes d'habitat. L'espèce s'observe dans les bocages, prairies, garrigues, lisières et allées forestières, landes et dunes littorales, parcs et certains jardins.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Leptura livida Fabricius, 1777
Pseudallosterna livida (Fabricius, 1777)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.