Trochose terrassière

Trochosa terricola Thorell, 1856

Classe : Arachnida Ordre : Araneae Famille : Lycosidae Genre : Trochosa

  • 97
    observations

  • 10
    communes

  • 6
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2020
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Distribution mondiale :
Europe surtout atlantique

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 8-14 mm, ♂ : 7-9 mm.

L’organisation oculaire est celle des araignées-loups. Le céphalothorax, avec de larges bandes latérales et une bande médiane plus claire élargie dans la partie céphalique, est caractéristique du genre Trochosa. Il existe, en France métropolitaine, cinq espèces dans le genre, possédant des biologies et des écologies différentes. Si les mâles peuvent être assez aisément identifiés au moyen de la coloration ou des bulbes copulateurs, les femelles nécessitent pour certaines de comparer les différentes dimensions des épigynes.

Milieux colonisés :
L’espèce est commune au sol, en milieux secs à moyennement humides, en général assez chauds, de prairies, landes, dunes, clairières et lisières de bois.

Chasse :
La chasse est effectuée par recherche visuelle puis capture directe. La période d’activité de chasse est variable suivant les stades du cycle, les jeunes sont diurnes, les femelles crépusculaires et de début de nuit.

Développement, cycle :
Les femelles sont présentes toute l’année, les mâles manquent en fin d’été. Le cycle vital atteint souvent deux, parfois trois ans.

Les mâles ont une activité de recherche sexuelle diurne. Il y aurait deux périodes annuelles de pontes : l’une au printemps, l’autre en automne.

La ♀ creuse pour la ponte un terrier d’environ 4 cm3. Elle ferme complètement sa loge avec de la terre, la tapisse de soie et reste cloîtrée sans manger pendant 1 mois environ. Les œufs sont enfermés dans un cocon sphérique recouvert de soie blanche. Lorsque la ♀ libère les jeunes du cocon, ils montent sur son dos, où ils forment plusieurs épaisseurs. Ils y restent environ 8 jours. Ils se dispersent ensuite et mènent une vie solitaire. Il y a 200 œufs par ponte et plusieurs pontes par an.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aucun synonyme pour ce taxon

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.