• 25
    observations

  • 5
    communes

  • 8
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - CPIE Collines normandes - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Distribution mondiale :
Europe nordique et moyenne

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 14-22 mm, ♂ : 10-17 mm.

Les yeux sont caractéristiques de la famille avec une ligne postérieure formée d’yeux plus grands que ceux de la ligne antérieure, la ligne postérieure constituant un trapèze à bases inégales. Il existe deux espèces en France : D. fimbriatus et D. plantarius, les lignes latérales claires sur les bords du corps sont souvent présentes chez fimbriatus mais ce caractère est insuffisant pour distinguer les deux espèces, l’observation des pièces génitales reste indispensable.

Milieux colonisés :
L’espèce colonise des milieux humides variés avec de l’eau libre au moins au printemps (reproduction) et parfois un couvert forestier, mais les jeunes peuvent s’éloigner de ces milieux d’origine. L’autres espèce du genre, D. plantarius est plus inféodée à une eau libre sans ombrage forestier.

Chasse :
La Dolomède chasse des proies terrestres telles des odonates, des diptères ou d’autres insectes et aussi des proies aquatiques, telles des petits poissons ou de jeunes tritons. Ses proies sont parfois bien plus grandes qu’elle. Elle détecte ses proies aquatiques en restant à la surface de l’eau et n’hésite pas à pénétrer dans l’eau pour les capturer. Elle peut aussi s’y réfugier en cas de danger.

Développement, cycle :
Les adultes apparaissent au printemps, les femelles survivent jusqu’à l’automne. Le cycle nécessite plusieurs années, au moins deux. La ♀ porte son cocon dans les chélicères. Il existe une toile pouponnière, tissée par la femelle, où les jeunes restent quelques jours avant de se disperser. Les jeunes se dispersent dans les milieux proches et chassent parfois assez haut dans la végétation.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Araneus fimbriatus Clerck, 1758
Dolomedes italicus Thorell, 1875

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.