• 29
    observations

  • 19
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1987

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - CPIE Collines normandes - Conservatoire d'espaces naturels Occitanie (CEN Occitanie) - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Distribution mondiale :
toute l’Europe, Afrique du Nord

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 12-16 mm, ♂ : 7-10 mm.

C’est une épeire de grande taille dont le corps est fortement aplati dorso-ventralement. La couleur générale est brun sombre, avec un dessin médian triangulaire aux bords festonnés plus foncés que les bords de l’abdomen. Les attaches des muscles dorso-ventraux de l’abdomen sont bien visibles. Ilsforment 3 paires de dépressions circulaires. La face ventrale de l’abdomen présente deux taches blanches. Il existe une espèce proche ( N. corticalis), plus unicolore, endémique de Corse.

Milieux colonisés :
Elle colonise des milieux très divers qui disposent de supports élevés (arbres souvent morts, piquets, poteaux, …) et des cachettes diurnes possibles (écorces, fentes de piquets, bordures de toits, …).

Chasse :
Elle tisse sa toile à proximité d’un site où elle peut se cacher. Il lui suffit d’une fissure de quelques millimètres pour qu’elle puisse y glisser son corps assez plat. La toile est assez grande (40-50cm), le point de convergence des rayons est nettement situé en haut de la toile, les spires sont assez espacées. Elle sort la nuit pour reconstruire sa toile et se tient au centre de son piège jusqu’au matin. Le jour, elle reste dans son repaire, souvent avec une patte posée sur un des fils supports. Il lui arrive de réagir à une capture diurne et de venir emmailloter puis emmener la proie. Elle capture différents types d’insectes volants dont des papillons nocturnes. En cas de danger, elle se laisse tomber au sol et reste longtemps en immobilisation réflexe.

Développement, cycle :
Les adultes sont visibles toute l’année, les mâles sont nettement plus abondants en été. Le cycle est principalement annuel. La période d’accouplement a lieu en fin d’été mais les femelles ne pondent qu’après l’hiver. Plusieurs cocons seront pondus jusqu’au début de l’été, chacun d’une centaine d’œufs.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Araneus umbraticus Clerck, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.