Calleux chauffagiste

Phymatodes testaceus (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Coleoptera Famille : Cerambycidae Sous-Famille : Cerambycinae Tribu : Callidiini Genre : Phymatodes

  • 4
    observations

  • 4
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    2014

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille (imago) : 6-18 mm

Diagnose :
Longicorne allongé, stature parallèle, antennes de longueur approximativement égale à celle du corps. Coloration très variable : entièrement jaunâtre, ou entièrement sombre, bleuté à noir, ou bicolore. Pronotum (dessus du thorax) plus large que long, avec des soies longues dressées. Tarses allongés.

Détermination : Moyennement difficile

Espèces proches :
Les formes jaunâtres ressemblent au rare Leioderes kollari mais s'en distinguent par le thorax plus large, et la stature plus courte, et les tarses fins (épais, à article II et III transverses pour Leioderes). Ressemble également à Poecilium lividum, mais ce dernier est plus grêle et présente une coloration brune.

Période d'observation :
Principalement de mai à juillet, mais peut émerger plus tôt de buches conservées dans les maisons; parfois jusqu'en août.

Biologie-éthologie :
Espèce saproxylophage, qui consomme du bois mort des divers chênes et moins fréquemment de toute sorte de feuillus. La larve se développe sous l'écorce de grosses branches (typiquement 10-20 cm de diamètre) et de petits troncs. Cycle de développement de un ou deux ans. Adulte crépusculaire et nocturne. L'adulte est attiré par les pièges à appâts fermentés, ce qui laisse à penser qu'il consomme des suintements de sève.

Biogéographie et écologie :
Vaste distribution holarctique : de l'Europe à l'Afrique du Nord, jusqu'au Japon et une partie de l'Amérique du Nord. Espèce commune bien qu'assez discrète ; elle peut polluler dans certains tas de bûches. Elle vit dans les forêts feuillues, en particuliers les chênaies, et dans les bocage, en plaine et en moyenne montagne. Cette espèce est souvent déplacée jusque dans les villes via les bûches de bois de feu.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Callidium italicus Gmelin, 1790
Callidium ruficollis Fabricius, 1781
Callidium violaceum Rossi, 1790
Cerambyx testaceus Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.