Tortue mauresque (La)

Testudo graeca Linnaeus, 1758

Ordre : Chelonii Famille : Testudinidae Genre : Testudo

  • 1
    observation

  • 1
    commune

  • 2
    sources

  • Première observation
    2020

  • Dernière observation
    2020
CPIE Mayenne - Bas-Maine - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

La tortue grecque est un reptile terrestre allochtone qui ressemble beaucoup à la tortue d'Hermann. Elle s'en distingue par la présence d'une plaque supra-caudale non divisée. Originaire du Maghreb et de l'Est méditerranéen, elle a longtemps été commercialisée et élevée en France comme animal de compagnie. Sa survie en nature est quasi impossible et même nulle en montagne. Une seule mention d ' « évadée » concerne les Ecrins.

Source : Biodiv'Écrins, Parc national des Écrins
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Testudo whitei Bennett in Whitte, 1836

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.