Orthétrum brun (L')

Orthetrum brunneum (Boyer de Fonscolombe, 1837)

Classe : Insecta Ordre : Odonata Famille : Libellulidae Genre : Orthetrum

  • 39
    observations

  • 18
    communes

  • 8
    sources

  • Première observation
    1990

  • Dernière observation
    2023
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - CPIE Collines normandes - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Abdomen ♂ : 25-34 mm ; ♀ : 25-33 mm.

Diagnose :
Les libellules mâles sont de couleur bleue et les femelles jaunes et noires. La face blanche chez les deux sexes est caractéristique. Les ptérostigmas sont bruns jaunes.

Détermination :
L'espèce est relativement simple à reconnaître.

Espèces proches :
Confusion possible avec Orthetrum coerulescens.

Période d’observation :
Les adultes sont observés de mai à octobre dans le sud, de juin à septembre dans le nord.

Biologie et écologie :
L’Orthétrum brun se reproduit dans les eaux stagnantes et faiblement courantes peu profondes, bien ensoleillées et peu végétalisées. Espèce typique des milieux pionniers, elle fait partie des premières espèces à coloniser les plans d’eau récemment créés, les gravières et les carrières. Avant l’accouplement, mâles et femelles volent en tandem puis forment un cœur copulatoire.

Biogéographie :
L’Orthétrum brun est présente de l’ouest de l’Europe à la Mongolie et du Maghreb à la mer Baltique. En France, elle occupe une grande partie du territoire. Espèce thermophile, elle est limitée aux zones de plaine dans le nord de son aire. Dans le sud, elle présente jusqu’à 1800 m.

D'après :
Grand, D., Boudot, J.-P & Doucet, G. 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Collection Cahier d’identification. Biotope, Mèze : 136 pp.
Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze : 480 pp.
Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris : 320 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
C1 : Eaux dormantes de surface
C2 : Eaux courantes de surface
D1 : Tourbières hautes et tourbières de couverture
D4 : Bas-marais riches en bases et tourbières des sources calcaires
E3 : Prairies humides et prairies humides saisonnières
J5 : Plans d'eau construits très artificiels et structures connexes

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Libellula brunnea Boyer de Fonscolombe, 1837
Libellula brunneum Boyer de Fonscolombe, 1837

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.