Gomphe à forceps (Le)

Onychogomphus forcipatus (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Odonata Famille : Gomphidae Genre : Onychogomphus

  • 85
    observations

  • 17
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2022
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conseil départemental de l'Orne - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Abdomen mâle : 31-40 mm ; femelle : 31-39 mm. Ailes postérieures mâle : 25-32 mm ; femelle : 27-35 mm.

Diagnose :
Chez cette libellule, le corps et la face sont jaunes et noirs. Les yeux, bleus ou verts, sont nettement séparés. Le mâle porte des appendices anaux en forme de pince au bout de l’abdomen. La lame inférieure de l’appendice se termine par une dent courbée.

Détermination :
Moyennement difficile.

Espèces proches :
Confusion possible avec Onychogomphus uncatus. Chez le mâle, l’apex de la lame supra-anale est caractéristique. Chez la femelle, la forme de la lame vulvaire permet de distinguer les deux espèces.

Période d’observation :
Les adultes sont observés de mai à septembre dans le sud, de juin à août dans le nord.

Biologie et écologie :
Cette espèce typique des cours d’eau se reproduit également dans les eaux stagnantes bien oxygénées (lacs, gravières ou bras morts). La phase larvaire dure entre 2 ans en méditerranée et 4 à 5 ans dans le nord de l’Europe. Les émergences ont généralement lieu en position horizontale au niveau de la berge ou sur des éléments qui sortent de l’eau (pierres, feuilles flottantes). Quand il fait très chaud, la larve émerge avec le corps à moitié dans l’eau.

Biogéographie :
La sous-espèce Onychogomphus f. forcipatus s’étend de l’ouest de l’Europe et à la Sibérie. La sous-espèce Onychogomphus f. unguiculatus est strictement méditerranéenne. Dans le sud de son aire de répartition elle s’observe jusqu’à 1200 m d’altitude.

D’après :
Grand, D., Boudot, J.-P & Doucet, G. 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Collection Cahier d’identification. Biotope, Mèze : 136 pp.
Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze : 480 pp.
Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris : 320 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
C2 : Eaux courantes de surface
C3 : Zones littorales des eaux de surface continentales

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aeschna hamata Charpentier, 1825
Libellula forcipata Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.