Sylvain azuré (Le)

Limenitis reducta Staudinger, 1901

Classe : Insecta Ordre : Lepidoptera Famille : Nymphalidae Sous-Famille : Limenitidinae Tribu : Limenitidini Genre : Limenitis

  • 4
    observations

  • 3
    communes

  • 3
    sources

  • Première observation
    1922

  • Dernière observation
    2009
DELCLOY Cédric - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : Adulte : 45 -50 mm

Diagnose :
Papillon au dessus noir bleuté avec des taches blanches dont une tache discoïdale caractéristique sur l’aile antérieure. Le dessous est de couleur brun-rouge (lie de vin) avec des taches blanches et gris bleuté à la base. La ligne de points noirs sur le dessous au niveau de l’aire post-discale est également caractéristique. ♂s et ♀s sont d’apparences similaires. La chenille est vert brunâtre.

Détermination : L'adulte est relativement facile à reconnaître.

Espèces proches :
Il peut être confondu avec le Petit Sylvain qui n’a pas de reflets bleutés sur le dessous et qui possède deux lignes de points noirs sur le revers des ailes.

Période d’observation : L’adulte est visible de mai à fin août.

Biologie-éthologie :
Le Sylvain azuré réalise deux cycles par an. La chenille se développe sur différentes espèces de Camérisier. La ♀ pond quelques dizaines d’œufs qu’elle pose un par un sur les feuilles de la plante hôte.

Biogéographie et écologie :
Le Sylvain azuré est présent de la péninsule ibérique à l’Iran. Espèce typique des lisières et des orées de forêts méditerranéennes, on la trouve également dans des milieux ouverts dans le nord de son aire. En France, elle vole du niveau de la mer jusqu’à 1700 m d’altitude.

D’après :
Bellmann,H. (trad. Luquet, G.), 2013. Quel est donc ce papillon ?Les guides Nathan. Paris. 449 p.
Doux Y., Gibeaux C., 2007. Les papillons de jour d’Île-de-France et de l’Oise. Biotope, Mèze. Muséum national d’Histoirenaturelle, Paris. 288 p.
Lafranchis, T., Jutzeler, D., Guilloson, J.-Y., Kan, P., Kan, B. 2015. La viedes papillons. Editions Diatheo. Montpellier. 751 pp.
Lafranchis, T. 2016. Papillons de France. Editions Diatheo. Montpellier.351 pp.

Source : fiche descriptive, INPN
F3 : Fourrés tempérés et méditerranéo-montagnards
F5 : Maquis, matorrals arborescents et fourrés thermo-méditerranéens

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS 2012), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Azuritis reducta (Staudinger, 1901)
Azuritis reducta prodiga (Fruhstorfer, 1909)
Azuritis reducta schiffermuelleri (Higgins, 1932)
Limenitis anonyma Lewis, 1872
Limenitis camilla auct. non (Linnaeus, 1764)
Limenitis camilla prodiga Fruhstorfer, 1909
Limenitis camilla reducta Staudinger, 1901
Limenitis reducta prodiga Fruhstorfer, 1909
Limenitis reducta schiffermulleri Higgins, 1933
Limenitis rivularis auct. non (Scopoli, 1763)
Limenitis schiffermulleri Higgins, 1933
Papilio camilla Denis & Schiffermüller, 1775

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.