Théridion royal

Kochiura aulica (C.L. Koch, 1838)

Classe : Arachnida Ordre : Araneae Famille : Theridiidae Genre : Kochiura
Chargement...

  • 6 observations

  • 4 communes

  • 3 observateurs

  • 3 organismes

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2022

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc & Géoparc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données et sur les partenaires

Devogel Pierre - Fouillet Philippe - Tiberghien Gérard

Avertissement : Seul les producteurs et les fournisseurs renseignés dans la base de données sont affichés ci-dessous. Si plusieurs organismes ont contribués à un même jeu de données, ils auront une part égale d'aide à la prospection. Les pourcentages affichés ne sont par conséquent pas cumulables entre eux.

  • PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine
    Participation à 6 Observations
    Part d'aide à la prospection : 100.00 %

    Fiche organisme
  • GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA)
    Participation à 4 Observations
    Part d'aide à la prospection : 66.67 %

    Fiche organisme
  • Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO)
    Participation à 2 Observations
    Part d'aide à la prospection : 33.33 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Distribution mondiale :
Europe excepté au Nord, Bassin méditerranéen

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 3-5 mm, ♂ : 2-4 mm.

Cette petite espèce présente une couleur assez typique avec un céphalothorax clair finement bordé de noir, à bande médiane noire, poursuivie sur l’abdomen par une bande médiane sombre, aux bords dentelés, bien nette à l’avant, s’atténuant souvent dès le milieu de l’abdomen. Ses pattes sont claires, annelées de noir. Il n’y a qu’une seule espèce dans le genre Kochiura et deux espèces dans le genre proche Anelosimus. Les détails de la coloration et les pièces génitales permettent de distinguer ces trois espèces.

Milieux colonisés :
L’espèce colonise la végétation basse et arbustive des prairies, jardins, landes (ajoncs, bruyères), garrigues (cistes, bruyères), maquis, plus rarement sur les branches basses des arbres.

Chasse :
Ce Théridion tisse des fils qui paraissent éparses sur les extrémités de rameaux de divers végétaux robustes. L’araignée se tient au milieu de cet enchevêtrement, dans un repaire aménagé. Les proies sont interceptées par les fils externes qui sont partiellement collants et l’araignée, avertie par le réseau de fils, intervient rapidement pour mordre sa victime. Les proies sont souvent des insectes assez coriacés (coléoptères, fourmis). On voit leurs dépouilles accumulées près de la retraite.

Développement, cycle :
Les mâles sont présents en juin et juillet, les femelles de juin à septembre. Le cycle est généralement annuel en France, mais il y aurait deux cycles par an dans le Sud de la France (juillet à avril et mai à juillet).

La ♀ pond, dans sa toile, plusieurs cocons (jusqu’à 4 ou 5). Ils comprennent une vingtaine d’œufs et sont entourés de soie verdâtre, la taille de chacun excédant celle de la femelle.

Source : fiche descriptive, INPN

Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

© INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition actuelle dans le monde

Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Anelosimus aulicus (C.L. Koch, 1838) | Theridion aulicum C.L. Koch, 1838 | Theridium aulicum C.L. Koch, 1838

Observations mensuelles

Avertissement : Les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.