Grue cendrée

Grus grus (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Gruiformes Famille : Gruidae Genre : Grus

  • 3
    observations

  • 2
    communes

  • 3
    sources

  • Première observation
    2019

  • Dernière observation
    2022
Conseil départemental de l'Orne - Habitants-bénévoles - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur totale : 1 à 1,20 m. Poids : 4 à 6 kg.

Diagnose :
C'est le plus grand échassier d'Europe. Son plumage est gris cendré avec les rémiges noirâtres. La tête et le haut du cou sont noirs, une bande blanche partant de l'œil pour se terminer derrière le cou. Au niveau de la calotte se trouve une tache rouge vif qui est en fait une zone de peau nue sous laquelle le sang affleure selon l'état d'excitation de l'oiseau. Les grues volent le cou et les pattes tendus.

Détermination :
Simple. Facile sur photo.

Période d’observation :
Les principaux mois d’observation sont février-mars pour la migration prénuptiale, dès le mois d’août mais surtout octobre-novembre pour la migration d’automne, et enfin décembre-janvier pour les stationnements hivernaux.

Biologie-éthologie :
En période de reproduction, l'alimentation est essentiellement animale. Les jeunes et les adultes consomment ainsi des insectes, des mollusques et de petits vertébrés. Puis, progressivement, ils consommeront davantage de végétaux. En migration et en hivernage, la grue est franchement granivore.

Biogéographie et écologie :
La Grue cendrée niche dans le Paléarctique, principalement de l'Allemagne et la Scandinavie, à l'ouest, à la Sibérie orientale à l'est. Elle est en nette expansion, et niche aujourd’hui en petit nombre en France. L’espèce est migratrice. Sur la voie ouest-européenne, la Grue cendrée hiverne principalement dans la Péninsule ibérique, mais aussi de plus en plus en France. La Grue cendrée fréquente une grande variété de milieux humides. En période de reproduction, elle niche dans les tourbières, les abords des étangs, etc. En migration et en hivernage, on peut la rencontrer dans des milieux plus secs, par exemple les grandes étendues cultivées de Champagne crayeuse, mais la présence d'eau lui est indispensable pour la nuit.

Source : fiche descriptive, INPN
D : Tourbières hautes et bas-marais
E7.3 : Dehesa

Source : Habitat(s) lié(s) au taxon - Habref (EUNIS), INPN

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Ardea grus Linnaeus, 1758
Megalornis grus

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.