Ephémère

Cloeon dipterum (Linnaeus, 1761)

Classe : Insecta Ordre : Ephemeroptera Famille : Baetidae Genre : Cloeon

  • 3
    observations

  • 2
    communes

  • 4
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2023
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - DELCLOY Cédric - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille/poids :
Longueur du corps sans les cerques : 6-8 mm

Diagnose :
Imago ♂ avec la tête et le thorax brun-foncé marqué de rouge-orangé. Yeux composés en turban à la face supérieure rougeâtre à jaunâtre. Pattes grises marquées de points orangés (hanche, fémur). Ailes antérieures transparentes aux champs costal et sous-costal légèrement teintés de brun-rouge avec quelques nervures intercalaires brunâtres. Ailes postérieures ab-sentes. Abdomen avec les tergites I brun, II à VI généralement translucides, teintés de rougeâtre, et VII-X brun-orangé. Deux longs filaments caudaux blanchâtres, avec des annulations brun-rouge, surtout dans leur tiers proximal. Femelles plus claires avec l’abdomen marqué de brun-foncé et surtout les champs costal et sous-costal teintés de brun-jaune, aux quelques nervures intercalaires bordées de blanc.

Détermination :
L’espèce est assez facile à reconnaître par l’examen de l’aile et les genitalia mâles à la loupe binoculaire. ♀ plus facile à reconnaître par sa coloration.

Espèces proches :
Confusion possible principalement pour les femelles, avec Cloeon simile et Procloeon bifidum, également sans aile postérieure. S’en distingue par les nervures intercalaires de l’aile et les pattes postérieures.

Période d’observation :
Les adultes des diverses cohortes sont observés de début-avril à mi-novembre, avec deux pé-riodes plus marquées de mai à juin, puis août-septembre.

Biologie-éthologie :
Espèce bivoltine à basse et moyenne altitude, avec une génération de début de printemps puis une forte seconde génération estivale-automnale. Larves aquatiques se déplaçant rapidement en nageant dans la végétation aquatique. Accouplement en vol, les mâles constituant des essaims avec vol pendulaire sur la rive.

Biogéographie et écologie :
Distribution holarctique de l’Europe à la Scandinavie, Sibérie, Chine, Afrique du Nord, Caucase, Asie Mineure. Espèce résistante à la pollution organique, très commune dans les milieux stagnants (étangs, lacs, marais, mares, ornières et flaques, abreuvoirs) et les cours d’eau lents. Jusqu’à 2 000 m d’altitude.

D'après :
BAUERNFEIND, E. & T. SOLDÁN. 2012. The Mayflies of Europe. Apollo Books Eds. Ollerup. Danemark. 781 pp.
INVENTAIRE DES ÉPHÉMÈRES DE FRANCE. 2019. www.opie-benthos.fr

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Chleon dipterum (Linnaeus, 1758)
Cloeon rufulum (O.F. Müller, 1776)
Cloeon sgezedi Jacob, 1969
Ephemera diptera Linnaeus, 1761
Ephemera rufula O.F. Müller, 1776
Ephemera rufulum O.F. Müller, 1776

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.