Eysarcoris aeneus (Scopoli, 1763)

Classe : Insecta Ordre : Hemiptera Famille : Pentatomidae Sous-Famille : Pentatominae Tribu : Eysarcorini Genre : Eysarcoris

  • 10
    observations

  • 5
    communes

  • 5
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2020
Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 5 – 6 mm

Diagnose :
Petite punaise grisâtre arrondie qui a le clypéus (nez) libre et non enclos par les jugas (joues), et le bord antérieur du pronotum avec 2 taches noir-violacé métallisé. Elle a les angles huméraux du pronotum pointus et saillants et dépassant la largeur de l’abdomen, les bords latéraux antérieurs du pronotum concaves, et les angles de la base du scutellum avec 2 grandes taches blanches (calus) ovales.

Détermination : Simple.

Espèces proches :
Cette espèce ressemble à Eysarcoris ventralis mais s’en distingue facilement par ses angles huméraux pointus et saillants, la présence de callosités blanches de grande taille à la base du scutellum, et les bords antérieurs du pronotum concaves.

Période d’observation :
Mai à octobre, avec un pic principal en juin et un autre en aout-septembre.

Biologie-éthologie :
Elle a été observée sur plusieurs genres de labiées : brunelles, épiaires, galéopsis, sarriettes. Elle a été aussi signalée sur d'autres plantes comme la pulicaire dysentérique ou le millepertuis. Les individus se cachent parfois à l’intérieur de la corolle des plantes. De plus, elle fait partie de la douzaine d’espèces causant le plus de problèmes à la culture du riz au Japon.

Biogéographie et écologie :
Espèce Paléarctique, elle atteint le sud de la Grande-Bretagne et le Danemark jusqu'à 57° de latitude nord, le Japon vers l’est, l’Afrique du Nord et l’Inde vers le sud. Elle est absente de la région méditerranéenne et évite les rivages marins. Elle habite les milieux frais et humides, et même semi-ombragés où elle est assez commune : landes et lisières forestières, marais, tourbières, prairies, forêts en bordures de rivières, abords des étangs.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Eusarcoris aeneus (Scopoli, 1763)
Eysarcoris perlatus (Fabricius, 1794)
Hoplistodera aeneus Scopoli, 1763
Stollia aenea (Scopoli, 1763)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.