• 8
    observations

  • 6
    communes

  • 7
    sources

  • Première observation
    2005

  • Dernière observation
    2024
Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Habitants-bénévoles - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 4 – 5,3 mm

Diagnose :
Petite punaise rouge et noire allongée, avec la tête noir mat. Scutellum noir, cories rouges chacune avec une petite tache noire centrale ronde. Pronotum rouge aux bords latéraux droits, avec 2 grandes taches rectangulaires noires touchant le bord postérieur. Membranes avec 2 taches blanches, la tache blanche apicale plus haute que large. Les ailes atteignent le plus souvent l’apex de l’abdomen (macroptère).

Détermination :
Moyennement difficile.

Espèces proches :
Proche de Melanocoryphus albomaculatus qui a une seule tache blanche sur la membrane. Horvathiolus gibbicolis a la tête noir brillant. H. guttatus a les bords du pronotum sinués, et H. mendosus a le plus souvent des ailes courtes et une tache blanche apicale plus large que haute.

Période d’observation :
Toute l’année, car les adultes hivernants sous les écorces sont souvent vus en hiver, avec un pic principal en juin et l’autre en octobre.

Biologie-éthologie :
Vit surtout sur la grande digitale (Scrophulariaceae), mais aussi sur dompte-venin (Asclepiadaceae), picris (Asteraceae), oseilles (Polygonaceae), cotonéaster (Rosaceae) et eucalyptus (Myrtaceae). Les adultes hivernent en groupe dans la litière au pied de plantes ou sous les écorces décollées des d’arbres, les fissures des troncs, et pondent en juin et juillet à la base des digitales, puis la nouvelle génération d’adultes apparait en septembre.

Biogéographie et écologie :
Espèce ouest-européenne absente au Maghreb, présente en Israël, Iran et jusqu’en Mongolie. Absente en Grande-Bretagne, elle ne dépasse pas 51° de latitude nord en Belgique et Allemagne. Dans les endroits ensoleillés chauds, proches de litières à sols légers et acides, bordures de forêts, pâturages à faible densité végétale.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Cimex punctatoguttatus Fabricius, 1781
Cimex superbus Pollich, 1781
Lygaeus punctatoguttatus (Fabricius, 1781)
Melanocoryphus superbus

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.