Meliscaeva auricollis (Meigen, 1822)

Classe : Insecta Ordre : Diptera Famille : Syrphidae Sous-Famille : Syrphinae Tribu : Syrphini Genre : Meliscaeva

  • 10
    observations

  • 6
    communes

  • 8
    sources

  • Première observation
    1980

  • Dernière observation
    2021
Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - CPIE Mayenne - Bas-Maine - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - LUTRAND Christophe - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille :
Petite, 8 à 11mm.

Diagnose :
Cette espèce fait partie de la sous famille des Syrphinae, elle a donc les callus huméraux glabres. On la reconnaît grâce à ses petites sclérifications sur le bord postérieur de son aile et le mésapisternite antérieur (partie latérale du thorax) qui comporte quelques poils bien développés. Elle se distingue des autres espèces par des taches jaunes grisâtres sur les segments abdominaux et la lunule (partie de la tête à la base des antennes) est jaune chez cette espèce.

Facilité d'identification :
Relativement facile, la détermination peut se faire sur photo.

Confusions possibles :
Confusion possible Meliscaeva cinctella et dans une moindre mesure Meligramma cincta.

Période de vol :
Les adultes sont visibles de mai à octobre en plusieurs générations successives. Ils hivernent et il est donc possible de les trouver en hiver lors de très belles journées dans les endroits ensoleillés.

Répartition générale :
Cette espèce est présente de la Scandinavie jusqu’à la péninsule ibérique, au pourtour méditerranéen y compris l’Afrique du Nord, la Turquie et Israël ainsi que les îles (Chypre, Malte, Crète). On la retrouve sur les îles britanniques à travers pratiquement toute l’Europe et jusque dans les parties européennes de la Russie.

Habitat et biologie :
C’est une espèce forestière que l’on rencontre dans de nombreux types de forêts de feuillus et de conifères, qu’elles soit naturelles ou plantées. Les adultes sont largement arboricoles et s’observent sur le feuillage des arbres, les mâles sont observables en vol stationnaire en lisière ou dans les chemins forestiers généralement à plus de 2 mètres au dessus du sol. Les larves sont des prédatrices des pucerons que l’on peut trouver sur une grande variété de végétaux, à la fois des arbres, des arbustes et des herbacées (y compris des plantes cultivées). Elle a également été observée en train de se nourrir de Psyllidae sur des oliviers.

Speight, M.C.D. (2020) Species accounts of European Syrphidae, 2020. Syrph the Net, the database of European Syrphidae (Diptera), vol. 104, 314 pp., Syrph the Net publications, Dublin.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Episyrphus auricollis (Meigen, 1822)
Syrphus auricollis Meigen, 1822
Syrphus maculicornis (Zetterstedt, 1843)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.