Tétragnathe étirée

Tetragnatha extensa (Linnaeus, 1758)

Classe : Arachnida Ordre : Araneae Famille : Tetragnathidae Genre : Tetragnatha

  • 39
    observations

  • 19
    communes

  • 10
    sources

  • Première observation
    1987

  • Dernière observation
    2024
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Bureau ENS (Conseil départemental de l'Orne) - Bureaux d'études & consultants - CAILLY Léa - CPIE Collines normandes - Conservatoire d'espaces naturels des Pays de la Loire (CEN PDL) - DELCLOY Cédric - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) - PNR et géoparc mondial UNESCO Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Distribution mondiale :
Europe, Bassin méditerranéen, Amérique du Nord

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 7-12 mm, ♂ : 6-9 mm.

Le corps et les pattes très allongées donnent la silhouette caractéristique du genre. Les hanches des pattes-mâchoires, très longues, peuvent faire croireà la présence d’une seconde paire de « mâchoires », d’où le nom de genre. Parmi les douze espèces du genre présente en France, T. extensa etT. montana sont les plus communes. Ces deux espèces diffèrent, entre-autres, par la couleur de leur sternum : avec une bande claire médiane chez extensa (comme T. pinicola), unicolore chez montana. Les bosses et pointes présentes sur les chélicères ainsi que les bulbes copulateurs des mâles sont très utiles pour distinguer les différentes espèces. Chez les femelles, les pièces génitales nécessitent un montage.

Milieux colonisés :
Elle colonise la végétation ou les rochers sur les berges des cours d’eau, des étangs, ….

Chasse :
Elle tisse sa toile, plus ou moins oblique, assez bas dans les herbes hautes et les buissons, parfois au-dessus de l'eau. La toile est caractéristique du genre avec un centre manquant et des spires adhésives très espacées. La toile capture un grand nombre de proies de petites tailles sans que l’araignée ne se déplace pour les manger. Elle s’en nourrit toutefois, en même temps que la soie, lorsqu’elle rebâtit sa toile et ingère les fils détruits. Cet apport peut représenter plus du tiers pondéral du total des proies. Elle se tient le jour souvent contre une tige végétale, les pattes plaquées au support.

Développement, cycle :
Le cycle est annuel. Les adultes sont présents de mai à août. L’accouplement est particulier, le ♂ tenant écartés les crochets de la femelle, grâce aux tubercules qu’il porte sur ses chélicères. La ponte, d’environ 60 œufs, est caractéristique, collée sur une tige ou une feuille avec un aspect cotonneux et une couleur verdâtre.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Aranea extensa Linnaeus, 1758

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.