Érigone cul-noir

Ostearius melanopygius (O. Pickard-Cambridge, 1880)

Classe : Arachnida Ordre : Araneae Famille : Linyphiidae Genre : Ostearius

  • 2
    observations

  • 2
    communes

  • 3
    sources

  • Première observation
    2010

  • Dernière observation
    2019
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - GRoupe d'ETude des Invertébrés Armoricains (GRETIA) - PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Distribution mondiale :
Europe occidentale, cosmopolite

Caractères distinctifs, espèces :
Taille - ♀ : 2-3 mm, ♂ : 2-3 mm.

Bien que les Linyphiidés soient difficiles à identifier, y compris en observant les pièces génitales, cette espèce peut se distinguer des autres à sa couleur. Les petites Linyphiidés (Erigoninés) sont presque toujours unicolores. Chez l’Erigone cul-noir, le céphalothorax et les chélicères sont brun foncé. Les chélicères du ♂ sont armées d’une forte dent sur la face antérieure. Les pattes sont jaune-orangé. L’abdomen est rougeâtre avec l’extrémité noire. C’est la seule espèce du genre. Elle est cosmopolite, son origine géographique est contestée : certains la croient originaire de Nouvelle-Zélande, d’autres des Açores. Les premières mentions françaises dates de 1946. Elle est présente maintenant dans toute l’Europe occidentale mais ne semble pas encore arrivée en Russie.

Milieux colonisés :
L’espèce est trouvée dans des milieux très différents : sur le littoral dans les laisses de mer, sur des sols avec des matières en décomposition, dans les zones d’épandage de déchets, sur les tas de fumier, dans des bâtiments d’élevage, …

Chasse :
Cette espèce est commune parmi les migrantes aérostatiques. Elle peut pulluler à certains endroits, au point de créer une toile « collective » de très grande taille. Il semble que cette toile soit seulement due aux nombreux fils de sécurité dévidés par les très nombreux individus lors de leurs déplacements. Elle se nourrit d’acariens qui peuvent pulluler aussi localement, dans des zones comprenant de la matière organique en décomposition. Elle disparaît aussi mystérieusement qu’elle a proliféré.

Développement, cycle :
Les adultes des deux sexes sont présents toute l’année, peut-être plus abondants en automne. Au moins dans les bâtiments, il peut y avoir deux cycles dans l’année. Elle tisse un cocon recouvert de soie blanche dont la taille est supérieure à la femelle.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Linyphia melanopygia O. Pickard-Cambridge, 1880

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.