Tetrops praeustus (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Coleoptera Famille : Cerambycidae Sous-Famille : Lamiinae Tribu : Tetropini Genre : Tetrops

  • 8
    observations

  • 4
    communes

  • 6
    sources

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2019
Association Faune & Flore de l'Orne (AFFO) - Conseil départemental de l'Orne - DELCLOY Cédric - LUTRAND Christophe - PNR Normandie-Maine - Peter Stallegger (Consultant Environnement)

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 3 – 6 mm

Diagnose :
Petit longicorne à tête et pronotum subquadrangulaire noir, à élytres subparallèles jaunes, assombri dans la région apicale, à angle huméral bien marqué, arrondis à l’apex. Tout le corps est hérissé de longs poils dressés inclinés vers l’arrière sur les élytres de couleur jaune sur les parties claires, de couleur grise sur les parties sombres. Les antennes sont robustes noires à pubescence sombre.

Détermination :
délicate.

Espèces proches :
Elle se distingue des autres Tetrops, par la ponctuation élytrale grossière et la présence d’un duvet très court, serré grisâtre sur la moitié basale de son pronotum, en plus d’une pilosité longue et dressée.

Période d’observation :
Les adultes sont actifs d’avril à juillet.

Biologie-éthologie :
La larve xylophage sous-corticale, est très polyphage. Elle se développe surtout sur les rosacées arborescentes, les arbres fruitiers notamment (pommier, cerisier, pêcher, cognassier, amandier, abricotier, prunellier, néflier, aubépine, églantier) mais également sur de nombreux arbres à feuilles caduques (chêne, hêtre, érable, noyer, peuplier, saule, tilleul, orme, fusain, bourdaine, nerprun, vigne…). Le cycle biologique s’effectue sur deux ans.

Biogéographie et écologie :
Espèce eurosibérienne. En France, elle est largement répandue des plaines jusqu’aux montagnes, en forêts, maquis, bocages, parcs et jardins.

D’après :
- Berger, P. 2012. Coléoptères Cerambycidae de la faune de France continentale et de Corse - Actualisation de l'ouvrage d'André Villiers, 1978. Revue de l’Association Roussillonnaise d’Entomologie, supplément tome XXI, 664 p.
- Touroult, J., Cima, V., Bouyon, H., Hanot, C., Horellou, A., Brustel, H., 2019 – Longicornes de France Atlas préliminaire (Coleoptera : Cerambycidae & Vesperidae). Supplément au bulletin d’ACOREP – France, Paris. 176 p.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Leptura praeusta Linnaeus, 1758
Tetrops praeusta (Linnaeus, 1758)

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.