Silphe des friches

Ablattaria laevigata (Fabricius, 1775)

Classe : Insecta Ordre : Coleoptera Famille : Silphidae Sous-Famille : Silphinae Genre : Ablattaria

  • 1
    observation

  • 1
    commune

  • 1
    source

  • Première observation
    2024

  • Dernière observation
    2024
PNR Normandie-Maine

Cartographie issue du Parc Normandie-Maine - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes sur le territoire du Parc : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives. En savoir plus sur les données : | et sur les partenaires : .

Informations sur l'espèce

Taille : 11-16 mm.

Diagnose :
Entièrement noir, parfois les élytres sont brun foncés. Ovale relativement aplati (peu convexe), en forme de bouclier. Les élytres sont ponctuées et lisses : elles ne présentent pas de trace de carène longitudinales. Bords latéraux en gouttières larges et relevées. Tête allongée en museau, deux fois plus longue que large.

Facilité d’identification : Facile

Confusion possibles :
Cette espèce ne peut être confondue principalement qu’avec Silpha tyrolensis Laicharting, 1781, une espèce des prairies d’altitude et Silpha obscura Linnaeus, 1758 qui ont les élytres presque lisses, sans lignes longitudinales de carènes. Ablattaria laevigata (Fabricius, 1775) s’en distingue toutefois assez facilement avec sa tête très allongée, alors qu’elle est aussi longue, voire moins longue, que large chez les Silpha. En France métropolitaine, une seule autre espèce de Silphe : Phosphuga atrata (Linnaeus, 1758) a la tête aussi allongée, mais ses élytres présentent neuf fortes carènes longitudinales.

Périodes d’observation :
Actif du printemps à l’été, parfois en automne.

Biologie/Ethologie :
Cette espèce est prédatrice. Elle se nourrit de proies vivantes, principalement de mollusques comme en atteste la forme allongée de sa tête, adaptée à aller chercher loin dans les coquilles d’escargot. On la rencontre depuis les bords de mer jusqu’à près de 1800 mètres, où elle est écologiquement supplantée par une espèce proche : Silpha tyrolensis Laicharting, 1781.

Biogéographie :
L’espèce est relativement commune dans la moitié sud de la France métropolitaine, elle devient plus rare au nord mais est connue sur l’ensemble du territoire métropolitain.

D'après: Debreuil, M. 2004. Contribution à la connaissance de la famille des Silphidae Latreille, 1807 (Coleoptera Staphylinioidea). Troisième partie. Rutilans, 7(1): 17-24.

Source : fiche descriptive, INPN
Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Cartographie issue de l'INPN - Avertissement : les données visualisables reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau national : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Répartition mondiale actuelle

Cartographie issue du GBIF (2021) - Avertissement : les données visualisables sont issues d'une recherche du taxon dans la base du GBIF : ce résultat peut être imparfait. Ces données reflètent l'état d'avancement des connaissances et/ou la disponibilité des données existantes au niveau mondial : elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme exhaustives.

Ablattaria costulata Portevin, 1926
Ablattaria distinguenda Portevin, 1926
Ablattaria meridionalis Ganglbauer, 1899
Ablattaria punctata Portevin, 1926
Silpha gibba Brullé, 1832
Silpha laevigata Fabricius, 1775
Silpha polita Sulzer, 1776

Observations mensuelles

Avertissement : les observations sans date précise peuvent être enregistrées à la date du 01/01. La fréquence des observations au mois de janvier ne reflète donc pas nécessairement la réalité.